La vie SDF au Luxembourg - Expériences et réflexions

Home   Nouveautés   Actualité   allu homepage   Contact

Expériences et réflexions.


Quelques mètres carrés de respect - quelle illusion grotesque! «Crève, et tu auras ton petit coin dans ton pays!», le vendeur de drogues marocain m'avait dit chez la Caritas. Une phrase qu'on pourrait appeler typique dans ce Grand-duché de Luxembourg, où ceux qui sont allés travailler pour financer leur vie de ne rien faire (respectivement leur vie de criminels) doivent de plus en plus céder leurs places dans les centres sociaux à ceux, de qui on ne cesse de nous répéter qu'ils ont des droits et que nous devons les respecter. Mais ce n'est pas pour cette raison que j'ai cité cette phrase. En effet, ce que le monsieur arabe a dit, est bien vrai, bien réel, bien ma situation et celle de tous ceux qui n'ont jamais appris à ce défendre. Ce que je veux dire, c'est que n'importe où dans ce pays, où je cherche à trouver un refuge au calme et en sécurité, je ne le trouverai jamais. Juste une question de temps et ce sera comme à l'endroit d'où je me suis enfui: dérangé, emmerdé et chassé par des jeunes, ou bien terrorisé, volé et tapé par des immigrants.

en lire plus...

Les fêtes de fin d'année plein de regrets et de doutes. Quand le soleil est parti et quand on a de plus en plus de difficiles à croire qu'il sera de retour un jour, quand on reste abandonné dans le noir et le froid, vivre n'est plus guère autre chose que survivre, plus possible de s'imaginer le bonheur, plus possible de vraiment se réjouir ou éprouver de la satisfaction de ce qu'on fait, perdant confiance en soi-même et les autres, regrettant le temps, où elle était encore présente dans ma vie, regrettant de ne pas avoir profité alors pour partager quelques moments avec elle, doutant de toutes ces choses, dont j'étais sûr avant... Et les fêtes de fin d'année ne faisant que renforcer la tristesse et le désespoir. Pas étonnant donc que Noël et Nouvel An 2018 sont devenus parmi les moments les plus pénibles de ma vie.

en lire plus...

La solidarité est morte - vive la solidarité! "Des gens impolis, courant d'un shop à l'autre". C'est de cette manière qu'une jeune Néerlandaise a une fois qualifié les gens d'ici. Cela fait des années, et si bien des choses ont changé depuis, ce n'est certainement pas que politesse, respect, compassion et sentiments humains auraient gagné des points. Si le temps durant lequel je dormais devant la bijouterie à la place d'Armes, je n'avais même pas besoin de faire la manche (car pouvant vivre de ce que les gens me donnaient spontanément en passant devant mon nid), actuellement il arrive fréquemment d'être assis avec mon gobelet durant une heure ou plus dans le froid et juste recevoir le fric nécessaire pour pouvoir acheter un café. "De plus en plus de gens vivant à la limite de la pauvreté, la solidarité va augmenter", un Français m'a dit il y a 2 ou 3 ans. "Pas au Luxembourg!", je lui ai répondu.

en lire plus...

Le respect des autres – des exemples diamétralement opposés. Je me demande souvent ce que pensent les touristes, venant de pays civilisés, quand ils visitent le Grand-duché de Luxembourg. Du bruit et de la musique partout, des jeunes du monde entier qui traînent dans la rue avec leurs bouteilles, souvent hurlant comme des dingues ou insultant les passants, des gens de tout âge et de toute situation sociale qui te bousculent sans dire pardon, des chauffeurs de bus qui, durant tout le trajet, causent dans leur GSM, des vendeurs et vendeuses dans les magasins et super-marchés qui ne disent ni bonjour, ni au-revoir, ni s’il-vous-plaît, ni merci. Cela me donne un peu l’impression que ces petits mots et le comportement qui y est associé, considérés comme normaux autrefois, ont été rangés dans une vieille boîte portant une étiquette qui indique que sont des choses démodées, obsolètes, pour lesquelles il n’y a pas de place dans cette société hyper-moderne du 21e siècle.

en lire plus...

Merci à tous les Pères et Mères Noël! Noël est loin d’être l’un de mes jours favoris. D’une part, c’est la fête par excellence où se manifestent tous ces mensonges et faussetés de la société et des gens au Luxembourg, de l’autre, tous les magasins étant fermés, il même une corvée de trouver un café pour tremper mes tartines. J’ai aussi un peu l’impression qu’il y a, durant cette période de fêtes de fin d’année, encore plus de gens que d’habitude qui, passant devant mon gobelet de manche, éclatent de rire, se moquen de moi, font de sales blagues, comptent leurs billets ou éprouvent du plaisir de voir des sans-abri assis dans le froid dans l’espoir d’avoir un peu de Noël pour eux-aussi.
Mais Noël , c’est aussi rencontrer des gens qui ont un grand cœur, peut-être le découvrant ou s’en rappelant justement durant cette période. J’ai eu pas mal de visites dans «my home is my castle» ...

en lire plus...